Iconographies actuelles de la Grande Guerre

  A quelques jours du centenaire de la fin de la Grande Guerre, il est intéressant de se pencher sur la manière dont elle est perçue aujourd’hui et dont elle est représentée. Nombre d’ouvrages ont été faits sur le sujet, même ces dernières années. Mais la multiplication des moyens d’expression permettent de délier certains tabous, de les représenter différemment pour atténuer la dureté de la réalité. C’est sur deux supports totalement différents que nous allons nous pencher: une BD et un jeu vidéo. Ces deux derniers abordent beaucoup de thèmes sur lesquels nous avons travaillé ces dernières semaines: la vie dans les tranchées, les nouveaux outils de guerre des canons jusqu’aux premiers tests de gaz de combat, les nouveaux moyens de retranscrire la guerre (la photo par exemple, ici en l’occurrence il s’agit de lettres et de plusieurs journaux écrits au cours de la guerre).

  Ayant déjà abordé le thème des réécritures, les aborder de cette manière rend l’exercice totalement différent d’une traduction ou d’une réédition plus moderne d’une oeuvre, ici il s’agit de transposer une oeuvre d’un média à l’autre, le tout en essayant de garder au maximum son authenticité.

I – Les Carnets de Guerre de Louis Barthas de Fredman

  Les carnets de Guerre de Louis Barthas est un projet qui a vu le jour en 2014. Il s’agit d’une adaptation des Carnets de Guerre de Louis Barthas en bande dessinée, réalisée par Fredman à partir d’une sélection de son choix.
Les Carnets de Guerre de Barthas, parlons-en. Il s’agit d’un témoignage de guerre. Louis Barthas, caporal durant toute la guerre, vivait comme simple soldat, loin des avantages dont pouvaient bénéficier les gradés. Ces carnets ont été rédigés durant la guerre, et ne furent trouvés qu’en 1977 par l’historien Remy Cazals. Il s’agissait de 19 cahiers d’écoliers.
  Fredman, dans son adaptation, a finalement opté pour des dessins réalistes, aux couleurs sépias, faisant référence aux photos de l’époque. Il a également décidé de mettre en scène des moments de désolation, des champs de bataille dévastés et des cadavres réalistes. Ces choix n’étaient pas évidents au départ : dans son blog, lorsqu’il débutait le projet; en 2014, un article montre des esquisses de dessins moins réalistes, plus cartoon.

II – Soldats Inconnus – Mémoire de la Grande Guerre

  Soldats inconnus – mémoire de la grande guerre est un jeu d’aventure et de réflexion français développé par le studio d’Ubisoft Montpellier et publié en 2014. Il dépeint à travers plusieurs chapitres l’histoire de cinq personnages : Emile, Anna, Freddie, Karl et Walt qui traversent la grande guerre pour aider Karl, jeune allemand renvoyé dans son pays, à retourner en France auprès de la fille d’Emile avec laquelle il vient d’avoir un enfant.
Avec un graphisme en 2D et un style graphique proche d’une BD, le tout en gardant une touche réaliste, le jeu se permet tout au long de son histoire des apartés avec des fiches détaillées avec des photos pour illustrer ce que voit le joueur et lui expliquer précisément que ce soit des évènements précis (taxis de la Marne, mutineries,..), des nouveaux armements (canons, premiers chars de combat, des gaz de combats,…) le tout provenant entre autres des archives de l’Imperial War Museum.
C’est un des très rares jeux ayant pour thème la guerre qui ne se base pas sur des tueries insensées mais plutôt son absurdité et sa fâcheuse propension à tout détruire.

  Produit en partenariat avec la mission du centenaire, avec la production du film interactif Apocalypse: 10 Destins et avec l’appui de l’historien Alexandre Lafon, le jeu aborde avec précision et avec la neutralité de l’historien une histoire et une horreur trop souvent négligées. La réalité de la guerre, bien loin du manichéisme souvent dépeint dans ce type d’oeuvre, ne présente pas un camp comme le bon ou le méchant de l’histoire mais plutôt comme une multitude de destins qui se croisent, pour la plupart, contre leur gré.
  Le jeu a été particulièrement apprécié par le public, fans de jeu vidéos, comme non-initiés ou comme fan d’histoire (c.f. Histogames et Histoire pour tous), et pas seulement en France (dritter Absatz des Abschnitts “Populäre  Erinnerungskultur”), tantôt pour son réalisme, tantôt pour son graphisme, tantôt pour son histoire tragique qui s’éloigne des carcans habituels du héro de guerre mais qui insiste sur son injustice. Ses quelques défauts se résument à la difficulté pour le support vidéo-ludique à offrir une expérience équilibrée entre le jeu et l’hommage: d’un côté, il est rare qu’un jeu qui parle de guerre ne soit pas purement dans la violence, il est donc nécessaire de garder des mécaniques de jeu connues de tous (énigmes, puzzle,…), et de l’autre il est difficile pour un jeu qui parle d’histoire de ne pas céder dans la narration pure et l’overdose de données qui serait néfaste à la jouabilité.

Conclusion

  Cent ans après cette épreuve qui a marqué à jamais la mémoire et l’histoire franco-allemande, il est toujours débattu de si l’armistice doit être célébré pour la “victoire” face aux allemands ou pour la tant-attendue fin de la guerre. Ce qui transparaît clairement à travers les deux œuvres que nous avons étudiées c’est un pacifisme à toute épreuve et un espoir que cela ne se reproduise jamais. Il est souvent fait mention dans les Carnets de Barthas des mensonges réguliers semblables à de la propagande de la presse d’époque, d’à quel point le soldat français était érigé en héros et d’à quel point le soldat allemand, lui, était décrit comme un barbare sanguinaire. Ces deux oeuvres dépeignent une réalité totalement différente: la réalité des accointances entre français et allemands, des abus au sein même d’une faction (l’exécution des déserteurs ou des soldats réfractaires, les privilèges des gradés,..) mais aussi de l’horreur de la guerre, des conditions de vie dans les tranchées, des pertes énormes que la guerre a engendré des deux côtés. Aujourd’hui il est plus facile d’en parler, mais il était très compliqué à l’époque de remettre en cause l’effort de guerre, nous avons l’exemple avec Henri Barbusse, qui a beaucoup été critiqué pour sa dénonciation de la monstruosité de la guerre dans son roman Le Feu. La Grande Guerre a une place très importante dans l’histoire de la France, notamment parce que jusqu’à présent, jamais une guerre n’avait causé autant de dégâts et de morts dans notre pays, et ce, à cause des avancées technologiques qui facilitaient plus que jamais les massacres et la visibilité de ces derniers par le biais d’appareils photo, jusqu’ici absent des champs de bataille.

 

 

Mélissa Emorine, Johanna Drumann, Ludovic Gervais


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.