Histoire d’un deuil de guerre : l’exemple du maître-verrier Albert Echivard

L’histoire d’un artiste du Mans, le maître-verrier Albert Echivard (1866-1939) illustre le lent travail de deuil qui concerne une grande partie de la population. Echivard est au début du siècle un maître-verrier reconnu, qui a contribué au renouveau du vitrail au Mans en cours depuis le milieu du 19e siècle. Il réalise des commandes en France, mais aussi en Angleterre et aux Etats-Unis. Son fils, Maxime, né en 1892, suit ses pas et entre à l’Ecole des Arts décoratifs de Paris en 1910. Au moment de la mobilisation d’août 1914, il effectue son service militaire. Maxime tombe près de Roye, dans la Somme, porté disparu le 2 octobre suivant, ses restes n’étant retrouvés qu’une dizaine d’années plus tard. Commence pour Albert Echivard un deuil interminable. Par les témoignages de camarades, et ses voyages sur le champ de bataille, il parvient à reconstituer les derniers combats. Il cherche à maintenir la mémoire de ce fils par tous les moyens. Il réunit les œuvres de son fils dans un « reliquaire d’art », les expose puis les lègue à la mairie qui accorde jusqu’à la fin des années 1930 une salle d’exposition. Il crée aussi un réseau associatif, « le lien sacré », qui réunit les amis du jeune homme et organise des cérémonies commémoratives dans les années 1920. Surtout, Albert Echivard réalise une vingtaine de vitraux qui évoquent la mort de son fils entre 1914 et 1938, associant sa mort à celle du Christ se sacrifiant pour l’humanité, une image courante alors dans une société catholique.

Verrière de Goyencourt (Somme), 1925 et 1929. Albert Echivard.
Source : Photo Jürgen Klötgen, Société historique et archéologique du Maine

Parmi ces verrières, notons celle qu’il place dans une chapelle près de l’endroit où son fils est tombé représentant une piéta, rappelant par la présence de la cathédrale et de l’abbaye de la Couture l’origine mancelle du défunt. Dans les années 1930 encore, il fait toujours apparaître son fils, notamment dans la chapelle de l’hôpital du Mans. Le dessin du visage est moins précis, contrairement aux premières représentations qui sont photographiques. Peut-être illustrent-elles l’apaisement d’une âme si longtemps tourmentée par la mort de son fils sur le champ de bataille.

Texte: Stéphane Tison.

Pour aller plus loin:
Conférence filmée sur le sujet : https://umotion.univ-lemans.fr/histoire/lartiste-et-la-grande-guerre/video/0892-tombeau-de-lumiere-le-deuil-de-guerre-du-maitre-verrier-albert-echivard-1914-1939/

Article publié aux Annales de Bretagne et Pays de l’Ouest en 2016: https://journals.openedition.org/abpo/3416

-> Deutsche Version


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search