Les cérémonies du 11 novembre au Mans dans les années 1920

Dès la fin de la Guerre, le besoin de commémorer ces événements tragiques s’impose un peu partout. Dans le cas du Mans, le mouvement commémoratif est suscité par les très lourdes pertes causées par la guerre : environ 2 000 Manceaux sont tombés sur le champ de bataille (la ville du Mans compte alors environ 70.000 habitants) parmi les 15.000 morts de la Sarthe.

L’anniversaire de l’Armistice est célébré pour la première fois en 1920, en même temps que le cinquantenaire de la République. Le maire du Mans, Auguste Castille, organise les cérémonies en suivant les instructions envoyées par le préfet Alfred Steck. La Préfecture semble avoir eu en 1920 et 1921 une influence notable dans la mise en place de la célébration. Ainsi en 1920, l’État, par un arrêté préfectoral du 29 octobre, accorde à la municipalité une subvention de 1 320 F. Pourtant, deux ans plus tard, aucune coordination ne semble exister, l’évêque fait célébrer un office à la cathédrale qui a lieu en même temps qu’un cortège au Grand Cimetière organisé par le Maire ; le général Vuillemot passe en revue les troupes de la garnison et le Comité d’Entente des anciens combattants prévoit un bal qui, finalement, n’a pas lieu, faute de ressources suffisantes. L’absence de consensus au conseil municipal semble être l’une des causes de cette confusion ; le socialiste Henri Barbin, s’adressant au maire à la séance du 7 novembre 1922, critique « la consécration quasi-officielle qu’[il donne] à la cérémonie à la cathédrale ²pour recommander à Dieu les âmes de nos pauvres soldats², en signant la lettre de Monseigneur l’Evêque du Mans. » Il estime « qu’on ne doit pas donner de privilège à l’Evêque. Après tout, ce n’est peut-être pas un mauvais type ce gars-là, mais les soldats n’ont pas besoin qu’on recommande leur âme à Dieu. »

Par la suite, l’organisation des cérémonies est toujours discutée préalablement par la municipalité et les combattants, l’évêque et le général commandant la 4e région militaire continuant chaque année, l’un à officier, l’autre à passer la garnison en revue. À partir de 1928 et 1929, les anciens combattants sont seuls responsable des fêtes, les autorités donnant simplement leur accord sur le programme après quelques observations.

Au Mans, la revue militaire place des Jacobins (place d’armes) est déplacée vers la place de la République autour du monument Chanzy à cause de l’installation de forains en 1924-1925 puis elle est supprimée en 1926 en raison de l’insuffisance des troupes. L’itinéraire change totalement en 1928, après l’inauguration du monument : partant du Grand Cimetière, le cortège se recueille devant celui-ci square La Fayette, puis n’oublie pas de saluer la mémoire des soldats de 1870-71 place de la République.

Texte: Stéphane Tison.

-> Zur deutschen Version


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search