Les bruits de la guerre (1/3)

De la même façon que l’on associe une musique/un son à une personne ou une situation, la guerre était également caractérisée par plusieurs bruits ou sons tel que : les bruits des armes/coups de feux, de bombes, les râles, les cris mais aussi les musiques militaires, les danses populaires, les instruments, les musiques funèbres mais aussi le silence.

À leur arrivée, les soldats entendent en premier le grondement du champ de bataille, les chevaux et les armées mais aussi le claquement répétitif des mitrailleuses, les hurlements des blessés, les râles des agonisants, le vacarme et le chaos de cette guerre “industrielle”. Sur le front, le silence est tout sauf rassurant, et, est même parfois inquiétant.

Ces bruits de guerre sont marquants pour les soldats qui combattent, au point d’être retranscrits dans leurs écrits. Allemands ou Français, ces soldats retranscrivent leur vécu, leurs impressions, leur ressenti mais aussi ce que leurs sens captent et leurs sentiments dans leurs lettres, journaux de bord, poèmes…

Aujourd’hui, lorsque l’on parle des bruits de la guerre, la première pensée va aux bruits des coups de feux etc, de façon plus générale, on peut appeler cela les bruits de l’artillerie. Ces bruits sont retranscrits dans de nombreuses lettres et écrits de soldats, que ce soit du côté français ou allemand.
Par exemple, dans le  livre Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline (édition Gallimard, 1952), dont nous pouvons relever les extraits suivants :

Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline (édition Gallimard, 1952).  page 17

(…)  “rien que du feu puis du bruit avec” (…)  “un de ces bruits comme on ne croirait jamais qu’il en existe” (…)  “du bruit” (…) “j’étais devenu du feu et du bruit moi-même“.  

Le bruit est tellement présent et tellement assourdissant qu’il prend le dessus sur les émotions et les ressentis du soldat, bruit tellement présent qu’il le personnifie en lui. On pourrait même en dire que lui-même se sent comme un grand bruit en personne, une sorte de personnification de l’artillerie, il est comme “possédé” par les bruits de l’artillerie et les bruits de la guerre. Même quand le bruit réel n’est plus là, lui l’entend toujours dans sa tête, le bruit demeure présent, comme un écho de ce qu’il vient de vivre.

Dans un passage suivant, nous continuons à voir que les bruits perçus par le soldat est une des préoccupations majeures, qu’ils mobilisent toute son attention:

Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline (édition Gallimard, 1952). page 12-13

“Ces Allemands (…) têtus et tirailleurs tiraient mal, mais ils semblaient avoir des balles à revendre, (…) ” 

” Le vent s’était levé, brutal, (…) les peupliers mêlaient leurs rafales de feuilles aux petits bruits secs qui venaient de là-bas sur nous.”

“Au-dessus de nos têtes, à deux millimètres, à un millimètre peut-être des tempes, venaient vibrer l’un derrière l’autre ces fils d’acier tentants que tracent les balles qui veulent vous tuer, (…) ”

Ici nous sommes face à une description des Allemands par un soldat français. Ces derniers sont décrits comme des machines de guerre (qui ne semblent plus au meilleur de leur forme mais tout de même des machines sans état d’âme). Nous pouvons également remarquer que, dans la tête du soldat, les bruits de l’artillerie et de la guerre sont tellement omniprésents qu’il en perçoit partout si bien que même un coup de vent dans les feuilles est assimilé à la guerre, et, est décrit tout comme le serait une offensive armée. Nous retrouvons également dans ces passages la grande importance des bruits dans la guerre par plusieurs procédés dont la répétition du mot ” bruit” (page 17) ,et la présence du champ lexical du bruit violent (bruit, vent, rafales, vibre, bruits secs..). Nous sommes en capacité de remarquer, également,  la proximité des bruits et de la violence de ces derniers quand il est précisé que les balles frôlent les soldats au millimètre près.

Lettre du soldat Charles Guinant 

“Il faut éviter les obus, les balles allemandes et les barbelés.” 

“On doit courirtirer et avancer. Les cadavres tombentcriant de douleur.”

” (…) un obus éclata à une dizaine de mètres de moi et un éclat vint s’ancrer dans ma cuisse gauche, je poussait un grand cri  de douleur et tombai sur le sol” 

“On doit courir, tirer et avancer. “

Dans une lettre le soldat Charles Guinant, brigadier dans le 58ème régiment, décrit à sa compagne une bataille, plus précisément une offensive française. Il décrit l’avancée des soldats comme un parcours du combattant, difficile physiquement, rapide et efficace. Mais surtout, discret malgré le bruit qui entoure les soldats. Les bruits sont également très présent dans cette lettre, ils sont ici décrits comme un effet de la mort, une conséquence. Les bruits de cette guerre sont présents par la description de la douleur, ce qui la provoque (un obus), la description du bruit qu’il fait (il éclate, donc cela provoque à l’évidence un bruit assourdissant). Mais en plus de cela, lorsque le soldat est touché, on entend presque le “grand cri” évoqué, provoqué par la douleur et ensuite le bruit du corps qui tombe, le bruit est sourd,  lourd et même s’il est moins “imposant”, il est aussi marquant qu’un obus assourdissant.

Nous avons pu constater que les soldats français, dans leurs écrits relatent et retranscrivent effectivement les bruits de la guerre, ceux qui les entourent. 

La question maintenant est : et du côté allemand est-ce pareil? Moins important ou bien plus important?

Pour cela, nous allons nous pencher sur des lettres de soldats allemands de 1914 et 1915. 
En effet, nous allons nous appuyer sur les lettres de Adolf Mitte, étudiant en philosophie à Berlin, né le 2 Juillet 1890 à Berlin; et de Paul Brüdern, étudiant en médecine à Kiel, né le 26 Janvier 1890 à Hanovre.

Lettre de Adolf Mitte du 7 Janvier 1915 (7. Januar 1915)

Ping, ping! Die ersten Schüsse von drüben. Alles dunkel. “Auf!” Pscht! …”
(“Ping, ping ! Premiers coups de feu de là-bas. C’est tout sombre. “Debout !” Psst ! …”)

“Ganze Salven krachen und wie Hagelkörner schwirrt’s in der Luft umher.”
(“Des salves entières s’écrasent et comme des grêlons, elle bourdonne dans les airs.”) 

“Rechts hurra, hurra! Ich auf … Hurra! Leuchtkugel. Hin und kriechen … Ssst! … Krrrch! Granaten mitten in die Reihen hinein. Verflucht nochmal! Ssst! … Krrrrch! Sie kommen schon näher. Alles egal, weiterkriechen! Das feindliche Feuer rast. Alles ist dunkel. Kein Hurra, nur Geknall ist zu hören. Ich bleibe liegen. Ssst! Ssst! Die Kugeln kommen dichter und niedriger. Was tun? Pscht! … Leuchtkugel … Ich drücke mich fest an die Erde und schaue umher. In meiner Nähe lagen mehrere und rühren sich nicht. Da windet sich einer stöhnend. Ja, nun? Soll ich den Sturm fortsetzen?”
(Hourra, hourra, hourra ! Je suis sur… Hourra ! Une balle légère. Ramper ici et là… Ssst ! … Krrrch ! Des grenades au milieu des rangs. Putain de merde ! Ssst ! … Krrrrrrrrch ! Ils se rapprochent. Peu importe, continue de ramper ! Le feu ennemi s’emballe. Tout est sombre. Pas de hourra, juste un coup à entendre. Je reste à terre. Ssst ! Ssst ! Les balles sont plus denses et plus basses. Faire quoi ? Chut ! … balle évasée …. Je me presse fermement contre la terre et je regarde autour de moi. Il y en avait plusieurs près de chez moi et ils n’ont pas bougé. Quelqu’un gémit. Ouais, eh bien ? Dois-je continuer la tempête ? )

Dans cette lettre, de A. Mitte,  nous constatons une très forte présence des bruits de la guerre, au moyen de nombreux procédés. Tel que la très forte présence d’onomatopées, (Ping!, Psst, Hourra, Krrrrch!, Sssst!, Pscht! / Chut! ); les bruits de la guerre sont ici les bruits des hommes, de par les discussions et dialogues mais aussi les ordres des supérieurs, tout comme dans les correspondances et écrits des soldats français. Mais aussi les bruits causés par les déplacements des soldats allemands mais aussi français : Ramper, gémit, se rapprochent. Nous retrouvons également dans cette lettre, les bruits de la guerre causés par l’artillerie retranscrits et décrits par des verbes et des noms et leurs adjectifs  (s’emballe, grenades, balles, coup, tempête).
Ici, Adolf Mitte nous décrit ce qu’il peut entendre mais aussi ce qu’il peut ressentir (similaire aux français). Mais on peut également évoquer une certaine description du silence et du calme “artificiel” du champ de bataille, ce silence utilisé pour mieux faire du bruit par la suite et pour mieux attaquer l’ennemi. En effet, il sous-entend un silence temporaire, une discrétion (auparavant abordé C. Guinant et la notion de parcours du combattant discret)  par les phrases suivantes: “Je reste à terre” , “Je me presse fermement contre la terre”.

Lettre de Paul Brüdern du 22 Septembre 1914 (22. September 1914.)

” Überall Artilleriegefecht” (” partout, des batailles d’artillerie”)

” (…) wir sind von Maschinengewehren und Infanterie beschossen.”
(“(…) On nous tire dessus avec des mitrailleuses et de l’infanterie”)

Dans cette seconde lettre, de Paul Brüdern, nous constatons également une réelle présence des bruits de la guerre et de l’importance de ces derniers. En effet, dès la première phrase, nous pouvons lire la description de la bataille (“partout, des batailles d’artillerie), encore une fois les bruits de l’artillerie sont sous-entendus, par la mention du mot “partout”. Paul Brüdern n’est effectivement pas partout comme il le mentionne mais il entend les bruits de “toutes” les batailles avoisinantes. Ce sont des bruits présents partout sur les champs de batailles, et, ils marquent autant les français que les allemands. Par leur importance dans le paysage sonore (assourdissants, ils n’entendent que cela) mais aussi par leur nombre (“des mitrailleuses”) et leur promiscuité (“on nous tire dessus”). Les bruits de l’artillerie restent des bruits qui ne sont pas des bruits naturels et, choquent/marquent les soldats.

Lettre de Paul Brüdern du 22 Septembre 1914 (22. September 1914)

” Drei Maschinengewehre sandten uns drei Leuten einen Hagel von Geschossen zu, sechs Kanonen schossen mit Granaten und Schrapnells auf uns. “
(“Trois mitrailleuses nous ont tiré dessus, six canons nous ont bombardé avec des grenades et des obus“)

“Sobald ich mich aufrichtete, krachten die sechs Geschütze und knatterten die Maschinengewehre.”
( Dès que je me suis levé, les six canons se sont écrasés et les mitrailleuses ont retenti

Dans ce deuxième passage de la lettre de P. Brüdern, nous continuons à lire sa description des bruits du champ de bataille. Il continue, comme dans le début de la lettre, à décrire les bruits en mentionnant quel “outil” de la guerre  le provoque (“six canons”), et avec quelle force il perçoit (“écrasé”, “retenti”). Pour conclure, nous pouvons dire que le point de vue allemand, ainsi que la forme, reste similaire aux lettres françaises, description du lieu, des bruits qu’ils peuvent entendre, des discussions qu’ils ont entre soldats ou avec des plus hauts gradés, etc. Les bruits de l’artillerie sont présents, également au même titre que dans les lettres françaises.

Nous pouvons retenir que les bruits de la guerre ne sont pas un détail de la guerre qui peut se négliger, en effet,des bruits de toutes sortes ont marqués les esprits de tous les combattants et ont été retranscris dans leurs écrits.Dans les passages que nous avons pu étudier précédemment l’accent état mis sur les bruits de l’artillerie, des discussions et le silence. Cependant, la guerre avait d’autres sonorités aussi. Dans notre deuxième partie, nous allons aborder une autre sorte de “bruit” de cette guerre : la musique. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.