Les bruits de la guerre (partie 2/3)

La musique, un élément des bruits perceptibles pendant la guerre

Les sons entendus pendant la Première Guerre Mondiale ne sont pas seulement des bruits d’artillerie ou de douleurs de la part des soldats (comme vu en première partie). En effet, la musique était tout autant au cœur de la guerre 14-18. On pouvait la retrouver aussi bien à l’arrière que dans les tranchées et dans des contextes différents. 

Dans les tranchées, les soldats combattants utilisaient leur voix pour des chansons contestataires dans lesquelles ils décrivaient ainsi l’horreur de la guerre et leur quotidien pendant les combats. Chanter dans les tranchées est, pour eux, un moyen de survivre face aux grandes difficultés de la guerre. 
Parmi les plus connues, on peut retrouver “La Chanson de Craonne”. Elle a été chantée par les soldats mutins français pendant cette guerre, incitant aux mutineries ayant lieu en 1917.  On peut y retrouver la description de leur quotidien ainsi que des paroles antimilitaristes et défaitistes de la part des soldats, raison pour laquelle cette chanson a été censurée par le commandement militaire.

La Chanson de Craonne-1917 (Youtube)

D’ailleurs, à propos de cette chanson, il était prévu dans une ville de France (Tournon-Saint-Martin), que des élèves chantent cette chanson à l’occasion des commémorations du 100è anniversaire de la fin de la Première Guerre Mondiale. Cependant, le directeur académique de l’Education Nationale l’a refusé. Chose que les habitants de la ville ne comprennent pas et qu’ils désignent comme “atteinte à la liberté d’expression”. Ils sont contre la décision de ce dernier car ils ont à dire que les élèves chanteront cette chanson hors-temps scolaire et donc que l’Education Nationale ne doit pas s’y mêler. C’est ainsi que cette Chanson sera quand même entonnée le 11 Novembre.

lien de l’article en cliquant ici

A l’arrière, la musique est au rendez-vous grâce aux chants patriotiques, chantés, par exemple, dans les casernes, ambulances et hôpitaux. Ceux-ci sont chantés pour montrer le soutien envers les soldats et les encourager. 
On y retrouve notamment les chansons de Adolphe Bérard, né en 1870 et décédé en 1943, dont “Verdun! on ne passe pas” écrit en 1916 par Eugène Joullot et Jack Cazol et interprété par Bérard.

Verdun, on ne passe pas-Bérard (youtube) 

Bérard a également écrit d’autres chansons patriotiques, comme “La valse bleu horizon“. Ces chants paraissent plus joyeux et dansants, au contraire des chants des soldats sur les tranchées où, eux, dénoncent leurs conditions de vie au combat. 

La Valse Bleu Horizon- Bérard (youtube)

Les soldats en repos, usent de leur temps pour fabriquer eux-mêmes des objets tel que des instruments de musique faits à partir d’objets qu’ils trouvaient dans les tranchées tels que des planches de bois, des manches à balai, des bidons, des gamelles mais aussi des bouts de casques cassés etc. Cela donne donc un nouveau côté musical pendant la guerre. L’instrument dominant du côté allemand est l’accordéon tandis que du côté français c’est la mandoline et le violon.

On peut retrouver des objets dont des instruments de musique fabriqués à la main par les soldats à l’Historial de la Grande Guerre à Péronne dans la Somme, par exemple.

Instrument de musique réalisé par un soldat allemand avec un casque français.
Instrument de musique réalisé par un soldat allemand à partir d’un casque français

Google Maps – Historial de la Grande Guerre, Péronne

La musique n’est pas présente seulement pendant la guerre, mais aussi au sortir de la guerre. En effet, les français fêtent leur victoire en chansons, sur un air musical triomphal. Notamment La Marseillaise, l’hymne national de la France, chantée par Marthe Chenal, infirmière volontaire sur le front pendant toute la Première Guerre Mondiale, le 11 novembre 1918, jour de l’Armistice, devant les français à Paris. 

La Marseillaise- Marthe Chenal (youtube)

Cependant, la musique n’est pas toujours présente pendant la Grande Guerre ou même lors des commémorations. Déjà, aux premières lignes de front, le silence règne souvent en attendant le combat, ce qui ne laisse pas la place à la musique. Aussi, de nombreuses minutes de silence en hommage aux soldats morts pour la France sont organisées pendant la guerre, ainsi les soldats rendent hommage à leurs camarades, mais aussi après la guerre, devant les monuments aux morts ou lors de cérémonies. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.